21/07/2007

Place Reine Paola

 

DSCF0025

17:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (3) | Tags : ganshoren |  Facebook

Le Molenbeek

 

DSCF0023

La vallée du Molenbeek  est une vallée alluviale typique. Le plus souvent, les rives sont plus élevées que la prairie avoisinante, probablement suite au curage du lit de la rivière depuis les temps les plus reculés. La petite vallée est caractérisée par des berges assez bien tracées qui indiquent l'ancien lit d'hiver.


L'eau du Molenbeek à ciel ouvert paraît assez pure. Ci et là, elle est couverte de lentilles d'eau. Des poules d'eau, des canards sauvages et de temps en temps un héron cendré viennent y fourrager.
Un paysage accueillant marqué tantôt par une végétation haute tantôt par une végétation basse.
Non sans raison, une bonne partie de ce domaine a été désignée comme domaine 'de très haute valeur biologique' sur la 'Carte d'évaluation biologique de Belgique' (CEB).

14:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ganshoren |  Facebook

Le Molenbeek

 

DSCF0022

La vallée humide du Molenbeek: un cordon vert entre la Flandre et Bruxelles?

La carte Ferraris (fin du 18e siècle) montre en un coup d'oil le lien entre les régions concernées par ce projet: une vallée humide avec, plus haut, des régions boisées.

Mais sur les cartes actuelles, c'est moins clair: un centre très urbanisé s'est implanté depuis lors sur le trajet et le Molenbeek est devenu la frontière entre la Région flamande et la Région de Bruxelles-Capitale.

Sur le plan administratif, non seulement deux communes (Asse et Ganshoren) entrent en jeu, mais aussi deux Régions. En outre, les zones industrielles et d'habitation situées à proximité ne semblent pas très compatibles, à première vue, avec des projets de développement de la nature.

Cela ne facilite pas la tâche, mais le défi est d'autant plus grand. Aussi, l'objectif est-il particulièrement ambitieux: plus de qualité de vie pour les riverains grâce au contact avec une nature authentique!

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (5) | Tags : ganshoren |  Facebook

20/07/2007

Square des privilèges

 

DSCF0017

17:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (1) | Tags : ganshoren |  Facebook

Ganshoren

 

DSCF0016

14:45 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ganshoren |  Facebook

Chateau de Rivieren

 

rivier1

 

Un superbe château au coeur de Bruxelles.


Rivieren 02.jpgLe Château de Rivieren, un fleuron dans l'histoire de cette commune de Ganshoren (au nord-ouest de l'agglomération bruxelloise).

 

Le Château de Rivieren est situé au cœur d'un magnifique domaine, entouré d'un étang (vestige des grandes douves médiévales), dans un parc de 10 ha. Il est mentionné sur une carte des environs de Bruxelles datant de 1665, mais son histoire commence déjà au XIIIe siècle, puisqu'il tient son nom des Seigneurs de Rivieren d'Aerschot. Son allure actuelle lui sera donnée grâce à François II de Kinschoot, comte de Saint-Pierre-Jette et ministre des finances des archiducs Albert et Isabelle, qui lui confère un statut de véritable lieu de plaisance.

 

Le château présente des caractéristiques architecturales des plus intéressantes. Rivieren 03.jpg

La fortification d'origine ne nous a laissée qu'une tour carrée, intégralement faite de pierres. Au fil du temps, différentes parties s'y sont ajoutées, constituées de briques et séparées par des bandeaux et chaînages de pierre, tandis que les superbes douves et le pont levis disparaissent à jamais.

 

La notoriété et le dynamisme de ses propriétaires successifs permettront au domaine d'être érigé en baronnie dès 1638, avant de devenir comté en 1659.

 

C'est ensuite Gérard-François de Villegas, petit-fils de François II de Kinschoot, qui hérite de l'ensemble. Plus tard, dans le courant du XVIIIe siècle, le château sera laissé à l'abandon jusqu'à ressembler à une ruïne. Rivieren 05.jpgDifférents travaux de rénovation seront entrepris par le comte Ulric, descendant des Villegas et héritier du domaine.

 

Après avoir été anéanti par de terribles incendies, le château connait une nouvelle phase de rénovations au début du XXe siècle. En 1973 décède la veuve d'Albert de Villegas et en 1977, les fils de la dernière châtelaine vendent le bien à une société suisse, qui restaure à grands frais le château et ses dépendances, avant de les exploiter comme lieux d'événements et de séminaires.

 

Le château et le parc sont classés depuis 1983, comme seul et unique vestige d'origine médiévale et de style féodal dans la région de Bruxelles-Capitale.

(documentation trouvée sur le site  http://traiteurleo.eu/   (un grand merci a vous)

14:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (4) | Tags : ganshoren |  Facebook

avenue M De Jonghe

 

DSCF0018

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ganshoren |  Facebook

19/07/2007

Clos Neuberger

 

DSCF0020

a l'ombre des tours

17:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ganshoren |  Facebook

avenue Van Overbeke

 

DSCF0021

mélange de nature et béton

14:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ganshoren |  Facebook

Avenue de la réforme

 

DSCF0015

un rond-point qui respire la nature

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (1) | Tags : ganshoren |  Facebook

18/07/2007

Avenue de la réforme

 

DSCF0014

17:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (1) | Tags : ganshoren |  Facebook

Place Guido Gezelle

 

DSCF0013

Pl Guido Gezelle

gezelle Guido Gezelle, poète belge de langue flamande, est né le 1er mai 1830 à Bruges et est décédé le 27 novembre 1899 dans cette même ville. Il était prêtre. Quand il prend la défense du prolétariat, il est sanctionné par son évêque, qui le nomme en représailles curé de la paroisse Notre-Dame à Courtrai, alors la plus pauvre de Flandre.Guido Gezelle est un des plus célèbres poètes flamands. Il a d'abord étudié au petit séminaire de Roulers, puis au grand séminaire de Bruges. Il a été ordonné prêtre en 1854, puis est devenu professeur de collège à Roulers. Il a ensuite été nommé sous-recteur du séminaire anglais de Bruges, puis vicaire à la paroisse Ste Walburge, toujours à Bruges. En 1872, il a été transféré à Courtrai. Rappelé à Bruges, en 1899, il y est mort, la même année.Ses premières œuvres, Vlaemsche Dichtoefeningen (1858) et Kerhofblommen (1858), traduisent d'emblée sa maîtrise de l'art de la poésie. Il écrit pour ses élèves du collège de Roulers des poèmes simples et tendres, en néerlandais, destinés à éveiller leur spiritualité. Le premier recueil cité contient les célèbres poèmes intitulés Het Schrijverke et O, 't ruischen van het ranke riet. Dans Kleengedichtjes ( 1860) et Gedichten, Gezangen en Gebeden (1862) se trouvent deux autres poèmes bien connus, où domine l'expression lyrique de sentiments religieux, Als de ziele luistert et Gij badt op eenen berg. Guido Gezelle demeure, pendant 30 ans, sans rien publier, puis paraissent Tijdkrans en 1893, et Rijmsnoer en 1897. Ces ouvrages confirment sa virtuosité linguistique, grâce à laquelle il exprime son amour mystique envers Dieu et la création. Gezelle est le grand poète moderne de la langue flamande. Il a influencé le développement d'autres courants littéraires, au 20e siècle. Ses œuvres continuent à être republiées. Sa maison natale, à Bruges, est devenue un musée. (source : sfi)

14:01 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ganshoren |  Facebook

Avenue De Brouckère, place reine Fabiola

 

DSCF0011

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ganshoren |  Facebook

17/07/2007

église St Martin

DSCF0010

17:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ganshoren |  Facebook

rue Vanderveken

DSCF0005

14:16 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (3) | Tags : ganshoren |  Facebook

rue L De Mesmaeker

DSCF0004

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (1) | Tags : ganshoren |  Facebook

16/07/2007

Avenue Charles-Quint

DSCF0002

d'aujourd'hui et d'hier

normal_histo_koek_00194

19:30 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (1) | Tags : ganshoren |  Facebook

maison communale de Ganshoren

 

DSCF0003

 

Située au Nord-Ouest de Bruxelles, cette ancienne commune agricole, qui fut longtemps sous la tutelle de Jette, est une paisible localité résidentielle.
A quelques pas de l'avenue Charles-Quint, voie expresse vers le littoral, on trouve encore aujourd'hui quelques anciennes fermes.

17:01 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (3) | Tags : ganshoren |  Facebook

Ganshoren

dyn003_original_600_587_pjpeg_2584676_4c3fa582f4415870dffd89984b4621fe

Ganshoren est une commune située dans la proche banlieue de Bruxelles, la capitale de la Belgique. La zone marécageuse le long du Molenbeek, qui héberge aujourd'hui la ville de Ganshoren, fut peuplée dès l'époque néolithique. Plusieurs campagnes de fouilles archéologiques ont par ailleurs dévoilées une occupation à l'époque de l'Empire romain, comme en attestent les vestiges d'une villa romaine ainsi que les nombreux fragments de poterie, de fresques et de verres qui furent déterrés. Le nom de la commune Ganshoren apparaît par écrit pour la première fois en 1112, cité par l'évêque de Cambrai. C'est à cette époque que la plus riche famille de Bruxelles fit construire un fort, au pied duquel les paysans vinrent s'installer pour y quérir la protection du seigneur. C'est ainsi que Ganshoren se constitue en communauté villageoise. En 1435, le hameau compte 14 chaumières. 250 ans plus tard, il se compose de 24 chaumières, une brasserie, trois auberges et un moulin à vent. Celui-ci fut détruit et rebâti plusieurs fois, jusqu'à disparaître définitivement en 1880 au cours des travaux d'urbanisation ordonnés par Léopold II. Au XVIe siècle, Ganshoren était pour partie soumise à la domination du duc de Brabant. Au XVIIe siècle, la commune fut élevée au rand de baronnie. En 1659, c'est François II de Kinschot qui et nommé à la tête du comté de Saint-Pierre-Jette, lequel englobait la commune de Ganshoren. C'est ainsi que sa famille fut propriétaire du château de Rivieren jusqu'en 1977. Celui-ci fut alors vendu à une société suisse qui se chargea de le restaurer. Unique vestige de l'époque féodal à travers toute l'agglomération bruxelloise, le château de Rivieren est classé monument historique depuis 1983. La commune de Ganshoren fut rattachée à l'agglomération bruxelloise en 1954. Dynamique et moderne, elle prend soin de ses habitants, et organise chaque année de nombreuses manifestations festives et culturelles, ainsi que des brocantes.

14:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (1) | Tags : ganshoren |  Facebook

Ganshoren

 

Ganshoren_Blason
 Histoire de la commune

La monumentale basilique du Sacré-Coeur, située à Koekelberg, borde également le territoire de Ganshoren dont elle domine tout le paysage, tel un phare rayonnant… Cette petite commune méconnue des Bruxellois s’étend sur quelque 2,5 km² constitués, il n’y a pas si longtemps, de petites exploitations agricoles maraîchères. En effet, jusqu’à la fin du XIXème siècle, Ganshoren était vouée à des activités essentiellement rurales. Autrefois, sous l’occupation française, elle était rattachée à la commune de Jette dont elle se détacha en 1841 grâce à la détermination de ses habitants. Et ce n’est qu’en 1954 que Ganshoren qui compte près de 21 000 habitants rejoignit l’agglomération bruxelloise… Nichée au nord-ouest de la région bruxelloise entre les communes de Jette au Nord, de Koekelberg au Sud et de Berchem-Sainte-Agathe à l’Ouest, Ganshoren est aujourd’hui une commune paisible et familiale essentiellement résidentielle. Une tranquillité perturbée toutefois par le flot continu de voitures qui y transitent quotidiennement. Un phénomène qui s’explique par sa configuration géographique : elle est encerclée par deux grandes autoroutes urbaines, l’avenue Charles-Quint entre le ring (*) et la basilique et l’avenue de l’Exposition universelle qui, au-delà du chemin de fer, traverse Jette. Au milieu, quelques petits quartiers valent assurément le détour. Et particulièrement celui de la place Guido Gezelle, le cœur vibrant de la commune, bordé de petits commerces et animé chaque semaine par le marché du vendredi après-midi. Surnommé jadis ’t plochke (la petite place), ce quartier convivial où déambulaient les gamins du coin accueille "La Villa", le centre culturel francophone, construite dans les années 20 dans le style des maisons du bord de mer. La place a failli abriter une sculpture figurant des oies qui a finalement trouvé refuge dans la maison communale. Le volatile illustre en effet l’étymologie du mot Ganshoren mentionné pour la première fois dans un texte du XIIème siècle : Ganshoren signifie marais (du mot néerlandais hore) aux oies (gans). Citons encore, au Nord-Est, le quartier Albert Ier et ses maisons bourgeoises derrière le square des Oriflammes, les petites maisons sociales dans les environs de la place du Home et, au sud, les belles façades de l’avenue des Gloires Nationales à l’ombre de la basilique. Quant aux environs de la place de la Reine Paola, ils continuent leur urbanisation galopante alors qu’il y a à peine quelques années, il n’y avait que des champs. Des coins verts, la commune n’en manque pas. Elle compte notamment une réserve naturelle constituée d’une zone marécageuse d’environ 20 hectares située au nord en lisière du nouveau cimetière. Et puis, enfoui derrière des immeubles-tours un peu trop présents dans la commune, se dresse une magnifique demeure médiévale du XIIIème siècle trop méconnue: le château Rivieren implanté dans un superbe parc malheureusement inaccessible au public

Source : HUGUES PRION PANSIUS

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ganshoren |  Facebook