04/08/2010

Folklore a Bruxelles

Folklore.JPG
Le folklore, c’est ce qui reste de traditions qui ont disparu. A Bruxelles, c’est encore vivace, on cultive ça à travers les carnavals, les géants, les activités du Manneken-Pis, les manifestations. Mais en même temps, le parler brusseleir se perd, l’âge moyen des membres des associations folkloriques augmente… Même si le souvenir est quelque chose de tout à fait essentiel, tout passe, les choses évoluent, il y a une accélération terrible de la vie contre laquelle on ne peut lutter
 

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (8) | Tags : ommegang |  Facebook

03/08/2010

Ommegang 2010

Soeurs Jumelles.JPG

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ommegang |  Facebook

02/08/2010

Folklore Bruxellois

Ommegang.JPG
Le folklore bruxellois est appelé à évoluer. On ne parlera peut-être plus brusseleir au Meyboom, il n’y aura peut-être plus de nobles représentés à l’Ommegang, les géants vont devenir des héros
de bande dessinée mais les événements marquants seront là pour rassembler
les femmes et les hommes, dans une liesse et un partage. L’essentiel, c’est de préserver cela. Car sans rencontre, sans partage, sans solidarité, on
se perd, il n’y a plus de sens...
 

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

31/07/2010

Folklore Belge

Ommegang.JPG
2005. L’État belge a 175 ans. C’est un pays moderne, dynamique. Pour autant, folklore et traditions n’ont pas disparu, bien au contraire. Et ceux qui ne résument la Belgique qu’à ses frites et à ses blagues risquent d’avoir des surprises. Ici, au « plat pays », le particularisme est érigé en institution. Tout au long de l’année, des marches, des parades, des processions (chaque village a son saint patron), des cortèges historico-religieux et des carnavals (de traditions rhénane, wallonne ou du laetare) animent la vie des communes.

http://www.routard.com

10:03 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

30/07/2010

Folklore a Bruxelles

Folklore.JPG
Le folklore à Bruxelles reste très vivant.
 

Le Bruxellois reste très attaché à son folklore. Celui-ci se vit à travers des manifestations comme le Meyboom, l'Ommegang ou à travers les représentations du théâtre de marionnettes bruxelloises de Toone.

http://www.bruxelles.be

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (4) | Tags : ommegang |  Facebook

29/07/2010

Folklore et Traditions

Figurant.JPG
Bruxelles a fêté son millénaire en 1979. Le village qui s'est développé sur les marais est devenu la capitale du pays et de l'Europe, une ville à l'histoire importante, au patrimoine riche et au folklore savoureux.
 

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

28/07/2010

Ommegang 2010

Figurants Ommegang.JPG

La manifestation est organisée par La Société de l'Ommegang, Ommegang Oppidi Bruxellensis, une association proche de la Ville de Bruxelles. Elle recrute des bénévoles dont les costumes et accessoires sont entretenus et abrités en divers lieux de la ville.

Avant la venue de Charles-Quint, il s'agissait d'une simple procession en l'honneur de Notre-Dame du Sablon.

http://fr.wikipedia.org

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

27/07/2010

Ommegang 2010

Figurant.JPG
Départ du Grand Sablon où s’est installé un village médiéval. Le cortège historique défile dans les rues de Bruxelles (Place Royale, Rue Ravenstein, rue du Midi) avant d’arriver sur la plus belle place du monde : la Grand Place !
 

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

26/07/2010

les Figurants de l'Ommegang

Figurants.JPG
La reconstitution historique compte 1400 figurants, dont plus de 38 groupes folkloriques et historiques, 40 chevaux, un théâtre de marionnettes ambulant et 9 géants.
700 de ces figurants défilent dans les rues de Bruxelles, en partant du Grand Sablon pour aboutir en apothéose dans le cadre somptueux de la Grande Place.
 

10:02 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (7) | Tags : ommegang |  Facebook

24/07/2010

Ommegang 2010

Ommegang.JPG
Les organisateurs ont voulu retracer l'extrait de l'histoire en faisant sortir Charles Quint de l'Aula Magna, la grande salle d'apparat du palais de Coudenberg, dont les ruines sont encore visibles sous la Place Royal (entrée par le musée Belle Vue). Charles Quint et son fils l'infant Philippe descendront de la Place Royal jusqu'au Sablon pour voir sortir la vierge miraculeuse de l'Eglise Notre Dame du Sablon.

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

23/07/2010

Ommegang, Spectacle Historique

Danielle.jpg
L'Ommegang est le seul spectacle historique de Belgique, voire d'Europe, qui peut prouver avec certitude des origines datant du XIVème siècle et qui en reste une reproduction fidèle.
C'est un spectacle folklorique précis (tableaux anciens à l'appui) qui fait intervenir les descendants des figurants de l'époque, venus des quatre coins du pays et vêtus de costumes d'époque
 

10:03 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (3) | Tags : ommegang |  Facebook

22/07/2010

le Tir a l'Arbalète

Tir Arbalete.JPG
 
Si l'arbalète a disparu des combats, remplacée notamment par l'arquebuse, on a continué de l'utiliser comme arme de sport. Elle est restée à l'honneur dans les concours de tir dont l'origine est très ancienne.
Le tir à l'arbalète se pratique de deux façons différentes.
Jadis, on tirait "à la perche" ou "à l'oiseau" : il s'agissait d'abattre un oiseau placé au bout d'un mât. L'oiseau vivant fut remplacé très tôt par une effigie de bois ou de carton. Ce tir, pratiqué surtout par les arbalétriers, se faisait le plus souvent à balles.
Le tir "à la perche" fut peu à peu remplacé par le tir dit "au berceau" (tir horizontal) : le tireur lance les flèches dans un carton ou blason
 

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (4) | Tags : ommegang |  Facebook

21/07/2010

les Arbaletriers

Arbaletrier.JPG
Les Arbalétriers de Bruxelles, qui déployaient déja leurs activités vers 1200, sont toujours, et sans aucune défection, restés fidèles à leurs armes : l'arbalète de tir à la perche et la grande arbalète au but (au berceau). Les membres de la Gilde sont particulièrement soucieux d'assurer la sauvegarde de leurs anciennes traditions et conservent jalousement les rares objets qui leur ont été légués par leurs prédécesseurs et qui témoignent de l'importance du Serment et de son glorieux passé.
 

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

20/07/2010

les Arbalètriers de St-Georges

Arbalètriers de St-Geoges.JPG
En vertu d’une histoire longue de plusieurs siècles, notre Serment perpétue toujours la tradition de l’Ommegang en y participant activement. Celui-ci était tombé dans l’oubli pendant plus de cent ans après le mariage de Napoléon et de Marie-Louise.
T
enant à reconstituer l’Ommegang, le Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles fut à la base de la création d’une société de l’Ommegang en 1928.La résurrection de cette procession, devenue sortie historique, eut lieu en 1930 (au lieu de 1931), à l’occasion de la célébration de notre 550e anniversaire.
Encore aujourd’hui, a lieu, chaque année, le dimanche qui suit l’Ascension, la grand messe solennelle de la Gilde en présence du Représentant de S. M. le Roi, Haut Protecteur du Grand Serment Royal et de Saint-Georges. Au cours de la cérémonie religieuse, en l’église Notre-Dame du Sablon, église des Arbalétriers,  les Roys de Tirs sont intronisés et les nouveaux Compagnons de la Gilde prêtent le serment de fidélité au Roi, à la Gilde, à Saint-Georges et à la Ville de Bruxelles.
Sélectionner parmi le noble tir à l’arbalète ancienne dans des disciplines aussi diverses que le tir à 6, 10, 20 mètres au but, ainsi qu’au tir vertical à la Grande Perche historique, sur laquelle le papegay est toujours placé à la hauteur de 36 mètres, tel est un exercice délicat et difficile pour les arbalétriers de notre Serment.
 

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

19/07/2010

Grand Serment des Abalètriers de St-Georges

Grd Serment Arbaletriers St Goerges.JPG
Aujourd’hui, la Gilde au double prédicat, se réclame du Grand Serment des Arbalétriers de Bruxelles, reconnu officiellement par la charte du 4 mai 1381, édictée par les ducs de Brabant, Wenceslas et Jeanne, et du Serment de Saint-Georges, établi dans ses droits en 1388 par la duchesse Jeanne de Brabant.
Rappeler la date historique du 2 avril 1304 semble pour nous une évidence. Ce jour-là, l’hôpital Saint-Jean céda aux Arbalétriers de Bruxelles, une partie du nouveau cimetière, situé à l’endroit dit le Sablon (De Zavel), pour y édifier un oratoire dédié à la Sainte-Vierge. Ils y firent bâtir ensuite l’actuelle église Notre-Dame des Victoires. Chaque année, avait lieu le « Tir du Roy ». Chaque Arbalétrier recevait un méreau ou jeton de l’année, et celui qui abattait l’oiseau ou papegay était proclamé Roy du Serment.

B
ruxelles, le 15 mai 1615. L’Archiduchesse Isabelle, invitée par les Arbalétriers, tira l’oiseau fixé sur le clocheton de l’église Notre-Dame des Victoires au Sablon.
A
lors que nous sommes déclarés dissous, comme tous les autres Serments et Gildes, en vertu de la proclamation du 9 Vendémiaire an IV (1er octobre 1795), le Grand Serment de Saint-Georges est reconstitué, après quelques sorties sporadiques entre 1810 et 1830, par ses anciens membres à la faveur de l’instauration de l’Indépendance et de la Monarchie (1830-1831).
 

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (4) | Tags : ommegang |  Facebook

17/07/2010

le Forgeron

Forgeron.JPG

Depuis toujours le métier de forgeron exerce un attrait important sur les autres habitants du village. A cela plusieurs raisons :

  • Tous les paysans, mais aussi la plupart des autres métiers ont un besoin indispensable du forgeron pour leurs outils. Même si plupart d'entre eux essayent d'être autonome, la réparation d'un araire ou d'une roue de charrette nécessite rapidement tout l'appareillage du forgeron.

  • Certainement aussi, le fait qu'étant situé dans le village il est connu de tous. On peut supposer que l'hiver l'atelier du forgeron réunis souvent les villageois, c'est un des rare lieu correctement chauffé. En cela il devient une source d'information pour les paysans qui n'habitent pas dans le village et viennent faire réparer leurs outils ou ferrer un cheval.

  • Et c'est très certainement un métiers "noble", peu accessible à la majorité des villageois, car l'investissement et lourd pour fabriquer la forge et acheter l'ensemble des outils.

  • Contrairement au métiers comme le meunier, le tisserand, les tailleurs d'habits, ...la clientèle des forgeron ne leur apportait pas la matière première, sauf quand il s'agissait de faire des réparations, il s'ensuit qu'il y avait nettement moins de conflit pour établir le prix, et moins de suspicion de vol à l'encontre du forgeron

http://pagesperso-orange.fr

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (4) | Tags : ommegang |  Facebook

16/07/2010

Ommegang au Sablon

Village Médiéval.JPG
Sur la Place du Grand Sablon, Tout un village médiéval et des animations, des pas d’armes, des combats de chevaliers et encore d’autres activités vont combiner histoire et plaisir durant trois jours.
 
Animations.JPG

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (1) | Tags : ommegang |  Facebook

15/07/2010

Béatrice Soetkens et la Vierge

Béatrice Soetkens.JPG
L’Ommegang du Sablon était dédié à Notre-Dame des Victoires, patronne du Grand serment des arbalétriers. Cette vierge était vénérée dans la chapelle, devenue église du Sablon. Sa légende nous ramène à 1348. En cette année, la Vierge Marie serait apparue à une jeune Anversoise, Béatrice Soetkens, à qui elle aurait demandé de subtiliser une statue à son effigie dans l’église Notre-Dame d’Anvers pour l’emmener à Bruxelles. D’après la légende, Béatrice Soetkens fût aidée dans sa quête par un batelier, qui la conduisit à Bruxelles ; et par les arbalétriers du Grand serment, qui la prirent en charge et l’amenèrent au Sablon.
 

10:26 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

10/07/2010

les Joutes équestres

Joute équestre

 

Les premières joutes équestres apparurent en Fance dès le XIIe siècle. A cette époque, les armures de plates n’existaient pas, les chevaliers étaient vêtus d’une cotte de mailles, d’un casque et d’un écu long en forme de goutte d’eau. Il n'y avait pas de lice pour protéger les concurrents qui s’élançaient et se faisaient parfois face en mêlée. Le risque de blessures graves était très important car les chevaux et les cavaliers pouvaient s’entrechoquer de face et très violemment en plein galop.

Par sécurité, une barrière, la lice, au long de laquelle galopent les chevaliers en sens inverse est mise en place à la fin du XIVe siècle. Les contre lices apparaissent également, elles évitent au chevaux de faire des écarts une fois lancés dans la lice. Les lances sont également sécurisées par un rochet, ce qui les empêche d’entrer dans la vue d’un heaume. Contrairement à une idée reçue, l'objectif du jouteur n'était pas de faire chuter son adversaire. Pour être déclaré vainqueur, il fallait briser le plus possible de lances sur l'armure des autres jouteurs. En cas d'égalité, la longueur du morceau brisé permettait de départager les deux chevaliers. La dangerosité de ce sport nécessitait bien des adaptations, tant au niveau des armures qu’au niveau des lances. Elles évoluèrent également et devinrent de plus en plus lourdes avec une garde et une arrière main qui faisait office de balancier.

Progressivement on ne jouta plus avec un bouclier, mais avec un simple manteau d’armes rivé sur l’épaule gauche. Il était strié pour favoriser la casse de la lance au moment de l'impact

http://fr.wikipedia.org

Tournoi Chevaliers

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (1) | Tags : ommegang |  Facebook

09/07/2010

les Chevaliers

les Chevaliers

 

Même si les romans courtois désignent la chevalerie comme un « Ordre » (ordo), la chevalerie est socialement composite. Elle entretient des rapports assez complexes avec la noblesse (l'aristocratie). La noblesse au Moyen-Âge n'est en effet pas un statut ou un privilège mais une « qualité d'intensité variable ». Nobilis est un adjectif : on peut être plus ou moins noble ; alors que miles est un substantif : on est chevalier ou on ne l'est pas. Et si tous les chevaliers ne sont pas nobles, loin de là, tous les nobles se disent bientôt chevaliers. Se sentant investis de l'idéal chevaleresque, partageant les valeurs de prouesse et de loyauté, l'aristocratie s'est peu à peu identifiée à la chevalerie.

Tous les chevaliers n'étaient pas « guerriers à plein temps » il existait des chevaliers-paysans vivant en bande dans de grosses maisons fortes. Le chevalier reste en contrebas, il mange parfois à la table du seigneur, partage sa vie aventureuse avec ses fils, mais il est bien souvent d'origine sociale moindre. La chevalerie a été pour certains hommes du moyen-âge un ascenseur social, mais nombre de chevaliers sont issus d'anciennes familles nobles : ils en sont les cadets célibataires et sans héritage, voire les bâtards. Au début du XIIIè siècles, des législations royales de France, d'Allemagne et d'autres royaumes moindres stipulent que l'on ne peut accéder à l'honneur chevaleresque que si l'on est soi-même de lignée chevaleresque.

http://fr.wikipedia.org

Chevaliers

10:01 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ommegang |  Facebook

08/07/2010

la Chevalerie

Chevalier

 

La chevalerie s'épanouit tout particulièrement au cours du XIIIe siècle dans toute l'Europe Occidentale. C'est aussi l'époque où l'image du chevalier modèle paré de toutes les vertus propres à la chevalerie se développe beaucoup grâce aux nombreux écrivains et poètes qui glorifient dans leurs textes les valeurs chevaleresques. Ainsi se dégagent des figures emblématiques tel que Guillaume le Maréchal au XIIe siècle, Ulrich von Liechtenstein au XIIIe siècle ou encore Bertrand du Guesclin et Geoffroy de Charny au XIVe siècle. Ces chevaliers incarnent des valeurs communes, des comportements et des mentalités caractéristiques de la chevalerie, à savoir la valeur guerrière, l'audace, la soif de gloire, le souci de la réputation, le sens de l'honneur, le respect des promesses et de l'engagement personnel mais aussi la largesse, la prouesse, la coutoisie. Cette dernière vertu est devenue progressivement indissociable de la chevalerie. Les Chevaliers de la Table Ronde jouèrent un rôle majeur sur les mentalités des chevaliers qui les considèrent comme les modèles par excellence de la chevalerie.

http://fr.wikipedia.org

Chevalerie

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

07/07/2010

Le Magicien

Magicien

 

Un magicien est un individu qui pratique la magie. Il s'agit donc dans une perspective matérialiste d'un être mythique ou imaginaire.

Par extension on utilise toutefois ce terme également pour désigner un prestidigitateur, usant d'artifices pour donner l'illusion d'actes de magie, et faisant généralement commerce de ses talents par l'organisation de spectacles.

Le mot prestidigitation (de presto digiti qui signifie agilité des doigts) a été créé par Jules de Rovère qui ne voulait pas indiquer sur son affiche le mot d'escamoteur ou de physicien. Il est utilisé pour désigner l'art du spectacle réalisant des tours consistant à créer des illusions.

http://fr.wikipedia.org

le Magicien

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ommegang |  Facebook

06/07/2010

la Fauconnerie

Fauconnerie

 

La fauconnerie est un art pratiqué par des personnes qui élèvent certains rapaces pour la chasse. Les espèces chassées par les rapaces ne sont pas toutes naturellement chassées, ceci est le fruit du dressage. Cet art très ancien est pratiqué dans plus d'une quarantaine de pays.

La fauconnerie semble trouver son origine sur les hauts plateaux d'Asie Centrale, dans des régions où, maintenant encore, se rencontre la plus grande concentration naturelle d'oiseaux de proie aptes à être affaîtés (dressés). Les Kirghizes, nomades et chasseurs, pourraient avoir été jadis les premiers fauconniers. Le monde antique grec et latin a connaissance de cet art sans le pratiquer. Une plaque de ceinturon gallo-romain évoque la chasse au vol.

http://fr.wikipedia.org

Fauconnier

10:01 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (2) | Tags : ommegang |  Facebook

05/07/2010

Ommegang 2010

Parade

 

Comme chaque année, le premier jeudi de juillet et le mardi qui précède, l’Ommegang déploie ses fastes du Grand Sablon à la Grand-Place. Touristes et Bruxellois ne se lassent pas d’admirer les danseurs, les manieurs de drapeau, les échasseurs, les montreurs de marionnettes, les représentants des métiers, des serments, des guildes, les notables, la noblesse et le clergé venus parader devant Charles Quint et son fils, le futur Philippe II, comme en l’An de Grâce 1549.

Chevalerie

 

Au Sablon, les festivités commencent via un village médiéval : combat de chevalerie, fauconnerie, joutes, concours de tir rassemblant les deux serments des arbalétriers replongeront les spectateurs plusieurs siècles en arrière, avant que ne s’ébranle le cortège

http://www.dhnet.be

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ommegang |  Facebook

25/07/2009

Ommegang, Apothéose

les Gilles

 

Les Gilles Marchiennois ont l'honneur de participer au célèbre Ommegang de Bruxelles. A l'issue du spectacle, les Gilles Marchiennois ont pour habitude de rester sur la Grand-Place afin de prolonger la fête en dansant parmi la foule.

Gilles de Marchienne

16:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (1) | Tags : ommegang |  Facebook

Ommegang, feu d'artifice

DSCF0092

 

les tours du magicien – rôle tenu par l’artificier du feu d’artifice du 21 juillet

DSCF0091

15:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ommegang |  Facebook

Ommegang, la Parade

Parade

 

Aujourd'hui encore, cette commémoration annuelle est un haut moment de la vie historico-culturelle de la capitale belge:

DSCF0086

une reconstitution historique de 1400 figurants, dont plus de 38 groupes folkloriques et historiques, 40 chevaux, un théâtre de marionnettes ambulant et 9 géants.


DSCF0088


700 de ces figurants défilent dans les rues de Bruxelles, en partant du Grand Sablon pour aboutir en apothéose dans le cadre somptueux de la Grande Place.

DSCF0087

14:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ommegang |  Facebook

Toone a l'Ommegang

Toone

 

Toone, ses marionnettes et son théatre ambulant, sur la Grand-Place

Théatre Ambulant

12:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (1) | Tags : ommegang |  Facebook

le combat des échasseurs

Combat des échasseurs

 

Répartis en deux groupes, les jouteurs s'efforcent de faire tomber l'adversaire en utilisant divers procédés : bourrades de l'épaule, parades de coudes, blocages de l'échasse, génuflexions et bien d'autres.

Jadis, existaient deux types de joutes: les combats d'apparat offerts par l'échevinage aux visiteurs de marque et le combat général auquel participait une grande partie de la population. Aujourd'hui, les deux compagnies d'échasseurs, montant des échasses identiques à celles de leurs ancêtres, joutent en diverses occasions. Ils participent à de nombreuses manifestations internationales folkloriques

échasseurs

10:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ommegang |  Facebook

24/07/2009

les échasseurs de Merchtem

échasseurs de Merchtem

 

Les eaux de la Molenbeek inondèrent régulièrement le hameau de Langevelde près de Merchtem. Les échasses apportèrent la solution aux habitants, qui furent souvent isolés du centre de leur village. En hiver, par forte gelée, la traversée se fit à l’aide de sabots ou sur des planches. Les échassiers et les sabotières perpétuent ces anciens moyens de déplacement qu’ils utilisèrent façe aux forces de la nature.

http://www.steltenlopersmerchtem.be

échasseurs

14:00 Écrit par Jilou dans Général | Commentaires (0) | Tags : ommegang |  Facebook